26 mars 2011

LE CHERCHEUR...


Bonjour,
Je vais retranscrire ici un commentaire que je viens d'écrire sur le site de Denis Marie " l'Éveil, mais plus tard ! " ce commentaire représente pour moi la mise en mots d'une crise actuelle que je vie, autant physique, émotionnelle que mentale.
Une mise au point intérieur...  et je pose tout quelque temps en... vacances....  
À bientôt, Merci !


Cher Denis, 

Ce texte a un impact très fort sur moi, il travaille en profondeur et j'en suis bouleversée, cela me conduit à une cascade de constatations.
Le personnage du chercheur spirituel est le plus difficile à distinguer, car il lui arrive des intuitions d'une grande intensité qui le conforte dans son rôle.
J' ai Vu comment je croyais être vraiment sincère, et puis patatra... tout s'écroule !...
Ce n'est pas facile de voir comment  intervient l'illusion du chercheur, or ce chercheur est un reflet de la Réalité... et il ne peux trouver qu'un reflet de la Réalité...
Tant qu'il y a chercheur, il cherche, et si c'est un bon chercheur... il trouve beaucoup de choses... mais il n'y a qu'une Vérité, ce qui EST VRAI.
C'est un rude coup pour l'illusion de sérieux du chercheur...  il y a un ébranlement de ces fondations d'illusion... quand il y a un tremblement de terre tout se fissure... et s'écoule !
Je ne peux vraiment compter que sur la Présence, c'est une constatation vivante qui me saisit totalement, là il n'y a plus d'histoire d'aucunes sorte, la Présence est la seule Vrai Réalité 
Ce qui bouge, cherche, avance c'est le personnage... je n'ai plus confiance en lui... je ne veux plus l'alimenter.
Ce qui m'ébranle totalement ce n'est pas de Voir, c'est de ne pas avoir Vue ! Comme tu le dis Denis, mettre autant d'énergie pour faire exister un personnage qui n'existe pas !
Je suis comme abasourdie et heureuse en même temps, car c'est une petite victoire de la Réalité. Le chercheur d'Éveil doit se résoudre aussi à Voir qu'il n'y a que Présence et qu'en Présence il disparaît.

Merci beaucoup Denis de tout coeur.

6 commentaires:

  1. Anonyme3/27/2011

    "une crise actuelle que je vie, autant physique, émotionnelle que mentale."
    Je me permets de dire ce que je pense : il faut juste observer tous ces aspects de cette crise, sans identification, un pur regard témoin. à qui cela arrive ?
    Bien à toi,
    Emmanuel

    RépondreSupprimer
  2. Mais cher Emmanuel, le témoin et le chercheur c'est le même ! le chercheur n'est témoin que de son illusion, il n'observe que son histoire, et la "crise" qui peut survenir n'est que la crise du témoin qui en à ras le bol de se regarder en chercheur !
    La Présence est sans témoin, ni chercheur !
    De tout coeur.

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme3/30/2011

    La Présence est pur regard précédant toute identification. En lui, il n'y a pas de "son" illusion, de "son" histoire. Le regard qui voit le chercheur et la lassitude du témoin est libre de ceux-ci. Ce regard qui voit la crise dissout celle-ci en sa paisible lumière.
    Avec toi,
    Emmanuel

    RépondreSupprimer
  4. Oui, Emmanuel la Présence est libre de tout regard singulier.
    Je n'ai en ce moment aucunement envie de m'interroger sur quoi que ce soit...
    Une tranquillité du coeur pleine de Joie, libre de mots m'envahit avec douceur... et je m'y abandonne simplement.
    Merci Emmanuel, de tout coeur.
    Je joins un texte du blog de Denis " Libre d'intention" que j'apprécie particulièrement.
    " Le “live”, c’est glisser dans la fraîcheur, dans le pétillement de l’instant. Il ne s’agit pas de l’observer, mais de “s’immerger” en totalité. Soudainement, comme si nous lâchions un habit ou une protection imaginaire, nous sommes entièrement nus. Nous sommes ici, spontanément libres d'intention, intacts. Tout de suite et rétroactivement, nous nous trouvons portés par le tempo de la danse. C’est tellement simple, tellement évident, tellement authentique, plein de vie et de chaleur. C’est tout le contraire du programme de l’esprit qui, plein d’habileté, tente d’exercer son contrôle. Il adore l’idée de nous perfectionner, exigeant de nous des efforts, de l’attention, de l’endurance… En fait, il n’a de cesse de se valider lui-même, espérant devenir “celui” par qui le “résultat” va enfin arriver."

    RépondreSupprimer
  5. Merci Irina de cette authenticité, et aussi de ce partage très beau et sincère, mon cœur se réjouit avec toi dans cette Présence gratuite qui se goûte ...........et puisse ce quelque temps en vacance s'épanouir et embaumer comme "un printemps de la terre"! Bises.

    RépondreSupprimer
  6. Merci Vincent.
    De tout coeur.

    RépondreSupprimer